Les réseaux de la société civile au Niger actualisent leurs strategies pour mettre fin au mariage des enfants pour de bon.

Les réseaux de la société civile au Niger actualisent leurs strategies pour mettre fin au mariage des enfants pour de bon.

Les réseaux de la société civile au Niger actualisent leurs strategies pour mettre fin au mariage des enfants pour de bon.

Le Niger a le taux le plus élevé de mariages d'enfants au monde, avec des statistiques alarmantes de 76% des femmes mariées avant l'âge de 18 ans et 28% avant 15 ans. Bien que le Niger soit signataire de nombreuses Conventions internationales relatives aux droits de l'enfant, dont le Protocole facultatif concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, le cadre stratégique de protection des enfants dans l’Afrique de l’Ouest et La Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant, la mise en œuvre de ces politiques a été lente et peu efficace. En outre, les efforts inlassables des organisations de la société civile, des réseaux et de divers groupes de femmes pour mettre fin à ces pratiques abusives envers les enfants ont également subi de graves revers en raison du manque de capacités, de l'inefficacité du plaidoyer et de la faiblesse des stratégies de mobilisation.

A cette fin, l’institut de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI) en partenariat avec Girls-Not-Brides (GNB), et en collaboration avec Care International-Niger, WilDAF-Niger, la Coalition des Organisations Nigériennes des Droits de l'Enfant (CONIDE) et la plate- forme nationale vers la fin du mariage des enfants au Niger ont organisé une rencontre nationale de deux jours avec des organisations de la société civile, notamment des associations communautaires de femmes et des réseaux nationaux et internationaux de femmes. Ces groupes qui s'efforcent de mettre fin au mariage des enfants ont discuté de la situation, des défis actuels, des stratégies visant à encourager la collaboration entre les divers groupes nationaux et des mesures visant à renforcer les capacités.

Mme Omolara Balogun

La réunion, qui s'est tenue les 4 et 5 septembre 2019, a porté sur un large éventail de questions allant de l'état actuel du mariage des enfants dans le pays aux dangers du mariage des enfants pour les victimes et a examiné certains facteurs socioculturels qui alimentent cette pratique. Ouvrant la réunion, Mme Omolara Balogun, Chef de département d'influence politique et de plaidoyer du WACSI, a salué le travail accompli par tous les groupes de la société civile et les OING partenaires dans la lutte contre le mariage des enfants. Elle a également encouragé les participants à saisir cette occasion de deux jours pour réfléchir sur la situation du mariage des enfants au Niger par rapport aux moteurs et aux années d'efforts de la société civile ; identifier les lacunes politiques et les moyens efficaces d'engagement ; ainsi que les capacités nécessaires pour renforcer les partenariats, amplifier les voix collectives et intensifier le plaidoyer. Elle a déclaré : " WACSI et ses partenaires sont heureux d’organiser des programmes spécifiques de renforcement des capacités de donner suite à cette réunion nationale pour s'assurer que les groupes présents ici sont en mesure de remplir leur mandat d'arrêter et de plaider continuellement contre le mariage des enfants aux niveaux local et national dans le pays ".

M. Harouna Salé

M. Harouna Salé de Save-the-Children et Regina Baiden, Chargée de programme, Unité d'influence des politiques et de plaidoyer du WACSI, ont noté que le travail en réseau et le partage des connaissances entre les OSC sont nécessaires pour leur permettre de travailler ensemble pour le bien commun. M. Salé a partagé les réalisations, les défis et le plan stratégique de la Plate-forme nationale des OSC pour mettre fin au mariage des enfants au Niger, à titre d'exemple.

Bien que les OSC présentes aient admis que les normes culturelles profondément enracinées, la mauvaise synchronisation des efforts des organismes gouvernementaux et le manque de fonds dans tous les domaines demeuraient un défi constant, la rencontre s'est terminée par la reconnaissance que le fait de travailler collectivement comme OSC défendant la même cause ne pouvait qu'avoir des résultats positifs. La Plate-forme nationale des OSC pour mettre fin au mariage des enfants au Niger a également accepté de décentraliser ses activités au niveau local en travaillant avec les acteurs de la société civile présents à la réunion afin d'atteindre les communautés à forte prévalence. 

Regina Baiden

Au Niger, le mariage des enfants est malheureusement une norme culturelle. Il a volé la vie de nombreuses filles innocentes et continue de condamner d'autres au même sort. WACSI espère qu'à travers des ateliers de renforcement des capacités, le renforcement des partenariats et des rencontres comme celle-ci, la société civile sera davantage encouragée à s'appuyer sur la force de chacun pour tenter d'intensifier leurs efforts afin de mettre fin à la pratique du mariage des enfants au Niger le plus tôt possible.

Pour plus d'informations, veuillez écrire à policyadvocacy@wacsi.org / rbaiden@wacsi.org

[1] Girls Not Brides, n.d. Niger-Child Marriage Around The World.

[2] National Platform of CSOs to End Child Marriage in Niger

Commenter