Language: English | French

Institut de la Société Civile de l’Afrique de l’Ouest

Newsroom

Resource mobilsation (photo: Agede)

Resource mobilsation

La Mobilisation de Ressources Intérieures : La voie vers la durabilité de la Société Civile au Ghana

Le 1er Novembre 2018, l’Institut de la Société Civile de l’Afrique de l’Ouest (WACSI) et le Groupe d’Affinité des Associations Nationales (AGNA) ont organisé un forum consultatif ayant pour thème « la Mobilisation des Ressources Intérieurs pour la Société Civile ».  Lors du forum, plus de 25 acteurs de la société civile ont exploré comment l’entreprise sociale (ES) peut servir de moyen de mobilisation de ressources intérieurs au Ghana. 

Nana Afadzinu, Directrice Exécutive de WACSI, a réitéré le sort des Organisations de la Société Civile (OSC) au Ghana. Elle a précisé que les OSC dépendent largement des donateurs externes pour leur financement. Elle a exprimé la nécessité pour les OSC à trouver des stratégies innovantes et créatives afin d’accroitre les fonds internes pour leurs activités. L’une de ces stratégies est l’entreprise sociale.

Selon Tsonam Cleanse Akpeloo, président de l’Association des Industries du Ghana(AGI) à Accra, « L’innovation et l’impact sont deux facteurs clés qui déterminent la durabilité de chaque entreprise sociale. » Au-delà de la passion ardente qui caractérise de nombreux jeunes entrepreneurs sociaux, il est nécessaire de comprendre les réalités du secteur des entreprises sociales avant de s’y engager. Il a exhorté les OSC à bien se préparer avant de s’engager dans les projets ES.

Plusieurs entrepreneurs sociaux font face au stress chronique lié au maintien et au développement de leurs organisations. Comme le soulignent Kristine Pearson, et Kyle Zimmer : « Près de 50% des entrepreneurs sociaux présents à la réunion annuelle 2018 des Forums Economiques Mondiaux ont déclaré être aux prises avec l’épuisement professionnel et la dépression ; un pourcentage assez alarmant, considérant surtout le fait que ces entrepreneurs sociaux sont ‘les plus prospères’ et les plus ambitieux[1]’ ».

Cette expérience pourrait être totalement différente de celle d’un entrepreneur typique, étant donné qu’il peut ne pas être lié émotionnellement avec les personnes qu’il sert.

Une discussion sur le besoin pour les OSC de diversifier leurs programmes afin de générer des revenus qui peuvent couvrir certains des coûts opérationnels et favoriser leur durabilité a été entamé. A travers l’affaire de « Northern Sector Action on Awareness Centre » (NORSAAC), Alhassan Awal, directeur exécutif de l’organisation, a présenté les « opportunités, défis et priorités de la société civile en adoptant le modèle de l’entreprise sociale. »

 

Alhassan Awal

Alhassan Awal

NORSAAC gère une entreprise sociale qui a réussi à mobiliser des ressources et lui a permis de devenir financièrement stable. Avec un investissement primaire de dix milles Ghana Cedis (GHS 10.000) investi par l’organisation, cette entreprise a été capable de générer quatre-vingt-neuf milles Ghana Cedis (89.000 GHS) dans une période de trois ans. C’est un objectif que beaucoup d’OSC Ghanéennes aimeraient atteindre.

Bien que la durabilité financière soit importante, elle est insuffisante ou peu efficiente sans un cadre juridique propice. Par exemple, « pourquoi la loi ghanéenne n'autorise-t-elle pas une société à responsabilité limitée par garantie à changer son statut pour devenir une société à responsabilité limitée par actions ? Alors que le contraire est possible ». Cette question a été évoquée par Teiko Sabah, responsable des programmes à STAR-Ghana. Selon elle, la mise en vigueur de claires réglementations juridiques permettant aux ONG de développer des activités générant des bénéfices est primordiale.

Au Ghana, il existe des lois couvrant l’enregistrement des entreprises, des ONG et des sociétés coopératives, mais aucune loi spécifique pour les entreprises sociales.

Les facteurs qui pourraient favoriser l’adoption des approches de l’entreprise sociale des OSC inclus :

La technologie numérique : Les entrepreneurs sociaux devraient stratégiquement utiliser les médias numériques pour accroître la visibilité de leur affaire, attirer de nouveaux clients, investisseurs et partenaires.

Promouvoir la collaboration : La création de partenariats, d’opportunités et d’une confiance entre les entreprises sociales et les autres entités privées ou publiques est une nécessité. Selon le rapport du British Council sur l’entreprise sociale au Ghana, le partenariat est la forme juridique la moins répandue des entreprises sociales ghanéennes[2].

Environnement favorable existant pour les ES : Le gouvernement Ghanéen est prêt à aborder le sujet sur les entreprises sociales. En effet, les OSC doivent travailler avec le gouvernement, afin de créer un environnement juridique et politique leur permettant de s’engager dans les ES ; d’où la nécessité pour ces dernières de bien comprendre leur rôle dans l’agenda mis en place pour promouvoir un « Ghana Au-delà des Appuis Financiers ».

Profiter des opportunités : Une autre opportunité qui devrait intéresser les entrepreneurs sociaux est le fait qu’il y’ait suffisamment de problèmes à résoudre au sein des sociétés et que la plupart de ces problèmes sont liés aux Objectifs de Développement Durable (ODD). Les entrepreneurs sociaux devraient tirer parti des plateformes existantes telles que le Réseau d’Entreprise Sociale (Social Network in Ghana), l’Institut de Gestion et de l’Administration Publique au Ghana ( Ghana Institute of Management and Public Administrations), Centre for Impact Investment ; le British Council [3] ; le Réseau Mondial d’Entreprenariat Social (Global Social Entrepreneurship Network) [4] etc., afin de gérer et partager des connaissances, créer des réseaux et apprendre de nouvelles manières de créer et/ou augmenter leur impact.

Ce forum était dominé par des discussions tournant autour des politiques de l’entreprise sociale et ses buts afin de susciter un environnement propice qui servira à mobiliser des ressources internes pour les OSC au Ghana. Il a approfondi de manière efficiente la connaissance des participants sur les opportunités et les défis de l’entreprise social au Ghana.

Roseline Lodonu, Coordinatrice du Projet à Espoir pour les Générations Futures (Hope for Future Generations ou HFFG), qui a assisté à la réunion, a dit que “la rencontre fut également une véritable prise de conscience car il m’a permis de réfléchir à ce que mon organisation pourrait faire pour maintenir nos activités (…). La première chose que j’ai apprise était qu’il ne suffisait pas seulement d’identifier les problèmes mais de trouver des ressources pour les résoudre. Le sujet doit être pertinent pour les individus et l’organisation afin de pouvoir le vendre et le maintenir. En plus, il devrait avoir un grand impact social.”  

Roseline Lodonu

Roseline Lodonu

La discussion est toujours en cours. Cette rencontre était la première d’une série que WACSI organisera avec les acteurs de la société civile, le gouvernement et le secteur privé. Nous sommes impatients d’avoir la prochaine rencontre avec les partenaires de développement.

 


[1] Kyle Zimmer et Kristine Pearson, ‘Social Entrepreneurs Can Change the World - but These 6 Things Are Holding Us Back’, World Economic Forum [publié le 2 Novembre 2018].

[2] British Council, The State of Social Enterprise in Ghana, 2015 [publié le 11 Janvier 2018].

[3] The British Council au Ghana créée une plateforme pour le renforcement des capacités au sein de l’entreprenariat social, abordant des problèmes liés à la politique, au développement de l’écosystème et la recherche.

[4] Un Réseau d’organisations appuyant les entrepreneurs sociaux en début de carrière. Il est en partenariat avec Reach for Change (qui a un siège au Ghana et dans six autres pays africains) pour renforcer les compétences et connecter les partisans de partout l’Afrique.

Add new Comment


Read Comments

Centre de Documentation

L’Institut a un centre de documentation ouvert aux acteurs de la société civile dans la sous-région. Ce centre, accessible aux personnes et aux organisations, sert de bibliothèque où l’on peut trouver des documents sur la société civile, des rapports de recherche et des livres. L’Institut s’est associé à Foundation Centre pour mettre en ligne des matériels didactiques et une base de données des institutions de financements et de subventions basées aux Etats-Unis d’Amérique.

Pour plus d’informations, veuillez nous contacter a: resourcecentre@wacsi.org.

Pays d’intervention

Plus

Inscription en ligne

Inscrivez-vous aux programmes de formation de WACSI

Si vous désirez prendre part à notre atelier de formation, veuillez remplir le formulaire d’inscription en ligne ici.